Un dialogue de haut niveau sur le processus de la protection durable du parc national de kahuzi-biega à Bukavu

Réunis pour deux jours  dans la grande  salle de Réunion de l’hôtel Panorama, le Dialogue a débuté ce jeudi 19 pour ce terminé 20 septembre sous  le thème,” dialogue de haut niveau sur le processus de la protection durable du Pnkb durable et la cohabitation pacifique entre les parc, les peuples autochtones et les communautés riveraines”.

La société civile environnementale, les peuples autochtones, les autorités provinciales, les fermiers  et d’autres acteurs de l’environnement  tous conviées dans cet atelier.

Ces assises ont pour objectif de trouver des voies et moyens pour résoudre définitivement les conflits qui opposent le parc national de Kahuzi Biega au peuple autochtones pygmées.

Le vice-gouverneur du Sud-Kivu, Fiston Malago Kashekere qui a ouvert officiellement ces assises, dénonce la déforestation dont est victime le PNKB depuis l’année 2018, suite aux conflits de cohabitation. Il souligne que cette réserve qui constitue un site du patrimoine mondial et fait la fierté de la province du Sud-Kivu et de la RDC en général grâce à sa riche biodiversité. il  aussi a invité tout le monde de travailler efficacement dans le but de trouver une solution durable à ce conflit pour la bonne conservation de ce site et le développement des communautés riveraines avant de déclarer Ouvert les assises.

Pour sa part, le Directeur General de l’institut national pour la conservation de la nature ICCN le Pasteur Dr Cosma Wilungula appelle l’implication de tout le monde dans la conservation des parcs de la RDC, en particulier le PNKB.

« Nous voulons arriver à montrer que le parc a besoin de tout le monde, la conservation de ce parc a besoin de l’implication de tous. Nous conservons pour un but, un objectif réel. Les premiers consommateurs de la conservation, c’est nous population, c’est pour ça que nous voulons montrer à la population riveraine que les parcs sont à eux, c’est leurs parcs, ce ne pas le parc des blancs, des gardes parcs, ni moins au directeur général. Les gardes parcs et moi ne sommes que des mandataires pour bien préserver leur épargner, qui est une banque nationale » explique le DG de l’ICCN Pasteur Dr Cosma Wilungula. Il ajoute qu’il est nécessaire de trouver un équilibre entre les droits et besoins essentiels des communautés et la conservation de la nature s’impose pour préserver la faune et la flore du PNKB.

Pour le premier jour de l’atelier, les participants ont présenté des données compréhensives sur l’impact des exploitations illégales au PNKB et sur la stratégie coco et la stratégie touristique et les actions dans ce sens par l’ICCN et ses partenaires et le deuxième jour la suite de participants ont poursuivie avec les présentations révélatrices comme celle révèle par l’activiste de la société civile environnemental le Pasteur Josué ARU           NA sur les avancés des études des valeurs ecosystémiques que le Parc national du Kahuzi-Biega dans la province du Sud-Kivu, importante  révélation applaudis par tous qui malheureusement a été emporté par les voleur a mains armés venus l’assassinée dans la nuit du 9 sept.2019 après avoir tenté de violé sa femme devant ses yeux. Apres toutes les différentes présentations est venu temps de proposition de feuille de route pour débouche a la signature de la déclaration de Bukavu, validé par tous le Gouverneur de la Province a l’intérim, son excellence Monsieur  le Vice-Gouverneur Fiston Malago Kashekere a été le premier a posé sa signature, suivie de la représentante de l’assemblée Nationale Honorable Adolphine Muley puis du rapporteur de l’assemblée provinciale Honorable Kamanda Jacques puis du Directeur General de l’Iccn le Pasteur Dr. Cosma WILUNGULA et les autres partie prenantes.

Les Peuples Pygmées quant eux ont été septique et ont demandé un rendez-vous fermer avec le Directeur General de l’ICCN avant de ratifié sur la déclaration de Bukavu pour y intégré de manière claire quelque recommandation, c’est ainsi ce samedi 21 sept la déclaration de Bukavu a été ratifié par les pygmées et cela devant l’honorable Adolphine MULEY et DG de l’ICCN après avoir conclus que les recommandations les  préoccupant  seront intègres dans la déclaration de Bukavu par un avenant ; Monsieur KAPUPU MATIMANYWA  a été le premier pygmée a signé cette déclaration.

Signalons que ce Dialogue a été facilité par l’Ambassadeur Samy Mankoto comme modérateur principal, le Chef de Travaux et doctorant  Rigobert BIREMBANO comme Co-modérateur et rapporteur principale  de l’atelier, secondé par deux assistants rapporteurs les personnes de Monsieur Séguin Caziga et Thibaut Morell.

Pour rappel, une «tension grandissante» autour du PNKB et les autres communautés Batwa a été observée depuis le  mois d’août 2018, tension alimentée par des ONGs a la quête de fond  pour d’occupé illégalement le PNKB par le peuples Batwa et d’autres communautés locales. Cette occupation de certaines parties du Parc se caractérise par «la coupe du bois de chauffe, la carbonisation, l’exploitation des minerais, l’abattage d’arbres à l’aide des tronçonneuses et bien d’autres activités illicites et interdites dans le PNKB».

ICCN_Day_2_web_13
ICCN_Day_2_web_20
ICCN_Day_2_web_21
ICCN_Day_2_web_25
ICCN_Day_2_web_28
ICCN_Day_2_web_30
ICCN_Day_2_web_33
ICCN_Day_2_web_35
ICCN_Day_2_web_37
ICCN_Day_2_web_39
ICCN_Day_2_web_49
les pygmées contents de cette declaration
ICCN_Day_2_web_57
ICCN_Day_2_web_58
ICCN_Day_2_web_60
ICCN_Day_2_web_61
ICCN_Day_2_web_62
ICCN_Day_2_web_63
ICCN_Day_2_web_64

Auteur :Hubert MULONGOY

Laisser un commentaire