L’exploitation illicite des minerais au Parc National de Kahuzi-Biega, un défi constant pour la conservation ce Parc – un réseau démantelé

Pour minimiser les impacts d’activités anthropiques dont l’exploitation minière et la présence de groupes armés, des éco-gardes du Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) sont déployés dans différentes zones où ils effectuent des patrouilles sous différentes formes. Lors d’une patrouille de surveillance conduite à Cikenzi par trois sections (34 éco-gardes) à partir du 14 juin 2022, au nord-est du secteur Tshivanga, les éco-gardes ont fait face à un groupe armé de taille restreinte qui avait déjà pris en otage un groupe d’exploitants illégaux de minerais dans la rivière Cikenzi. Le groupe en armé a tiré en premier sur les écogardes et blessé un écogarde. Quatre exploitants des minerais et un membre du groupe armé ont été arrêtés et transférés aux juridictions compétentes.

image de la zone

Les effets saisis par les écogardes incluent une arme AK47, une arme Calibre 12, 1,6 kg de cassitérite, quelques grammes de poussières d’or, ainsi que des outils pour l’exploitation minière.

Le PNKB fait partie des cinq sites du patrimoine mondial de la République Démocratique du Congo (RDC). Comme la plupart des aires protégées africaines, le PNKB est en proie aux menaces d’activités humaines incluant l’exploitation illégale de ses ressources et la présence de milices. Pour rappel, la loi 014/003 interdit formellement ces activités.

Le PNKB condamne les actes visant son personnel technique et administratif dans l’exercice de leurs fonctions. Le PNKB est géré par la Wildlife Conservation Society (WCS) dans le cadre d’un partenariat public privé avec l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN). Cet accord vise à améliorer les conditions d’existence, favoriser la paix des peuples indigènes du Parc et y préserver les ressources naturelles et la faune.

Auteur :Hubert MULONGOY