Communiqué de l’Action pour la défense de l’environnement, ADN en sigle

Nous, membres de l’Action pour la Défense de la Nature, avons un grand regret de voir encore le Parc National de Kahuzi-Biega être victime de déforestation de la part des populations de Kabare dans le groupement de Kajeje. Il y a deux mois que cette population s’est mise à détruire le Parc National de Kahuzi-Biega au vu et au su des autorités coutumières et administratives. Ces populations se réclament être pygmées chassé du parc pourtant selon l’administrateur de Kabare, il s’agit des populations du groupement de Kajeje qui se met à la destruction du Parc sans raison ni cause.

Selon certaines bouches la destruction du parc est liée au non respect des engagements pris par l’ICCN qui est de chercher les terres pour les pygmées. Opinion soutenue par les ONG défenseurs des pygmées.

Selon certaines sources bien filtrées, la nouvelle vague de  destruction du parc est liée à l’indélicatesse de la justice militaire qui a libéré un condamné de justice monsieur Jean-Marie KASULA qui serait derrière cette nouvelle vague de destruction.

Cette destruction s’accompagne d’une insécurité croissante qui avait voulu coûter la vie à un ministre provincial dans le PNKB en ravissant son policier une arme et plusieurs dizaines des motards et leurs clients dépouillés de leurs biens.

L’ADN condamne fermement cette nouvelles destruction du PNKB ainsi que  la recrudescence d’insécurité y afférant et demande aux autorités tant national qu’international de s’impliquer dans la protection de ce parc qui est un bien du patrimoine mondiale de l’UNESCO et qui la fierté de la République Démocratique du Congo en général et de la province du Sud-Kivu en particulier.

L’ADN demande aux parties prenantes dans la protection du PNKB notamment, les gestionnaires du PNKB, les pygmées, les ONG, les communautés riveraines de mettre leurs  intérêts à côté et penser à l’avenir et aux conséquences qui peuvent en découler une fois le parc est totalement détruit.

              Pour l’ADN

               Ghislain   BAFUNYEMBAKA

tél : +243 824 508 384

m.me/108448830720390

Author: La rédaction